Les petites formes

Deux pièces complémentaires (« Aspect(s) de femmes » et un extrait de « Je me sens bien ») , proposées en parallèle, qui portent sur le thème de la Femme à différents âges de la vie (thème central des premières pièces de la Chorégraphe).

Techniquement légères, ces pièces permettent une rencontre originale avec la danse car présentées dans des lieux ouverts et accessibles. Les petites formes peuvent ainsi se jouer dans des lieux divers. Conçues à la fois pour un espace scénique établi en extérieur ou pour des espaces intérieurs hétérogènes (halls de gare, auditoriums…), ces pièces chorégraphiques s’adaptent à chaque lieu investi et le met en valeur tout en inventant avec lui un véritable rapport intime.

 

Aspect(s) de Femmes

Ce spectacle est une satire contemporaine de la vie des femmes (création 2007, réécriture en 2015).

Durée : 15 min

Une pièce pour 3 danseuses hip-hop qui questionne notre vision de la féminité.

La chorégraphe, Séverine Bidaud, évoque avec humour l’obsession de la perfection, qui habite les femmes d’aujourd’hui, pour souligner les contradictions d’une identité complexe.

A l’intérieur d’elles-même, les émotions se bousculent, une voix leur est prêtée, elle symbolise leurs pensées, pour alimenter l’imaginaire des spectateurs et les faire voyager entre fantasmes et réalité.

“Etre une mère parfaite. Je ne suis pas très disponible pour mon enfant, il faut que j’achète du temps. Du temps de cerveau disponible. (…) J’ai besoin de soutien, de rajouter des étagères, de les fixer au mur. Il faut que je me fixe quelque part (…).”

La scénographie épurée permet de créer des espaces symboliques et des ruptures entre les moments quotidiens et les moments oniriques et intimes.

Dans un rythme effréné, l’image de la « working girl » tournée en dérision invite le spectateur à interroger ses propres évidences.

Je me sens bien

(création 2010, réécriture en forme courte en 2015)

Durée : version courte de 25 minutes à 3 danseuses

Dans notre société qui prône le culte de la beauté, la chorégraphe nous fait partager sa vision de la vieillesse et les défis à relever face à une société d’exclusion. Avec trois danseuses hip-hop, elle esquisse avec tendresse, nostalgie et humour, trois portraits de femmes, qui voient poindre les effets du temps qui passe. Alors que l’on croit que le corps ne parle plus lorsque l’on vieillit, les danseuses se débrident et expriment leur fantaisie, pour nous rappeler que la vieillesse n’est pas une pathologie.

Elles évoluent sur des musiques jazz des années 20-30 « rafraîchies » par des rythmes hip-hop donnant un mélange surprenant de styles. Charleston, Shim-sham, Tango et Valse croisent l’énergie généreuse des danses urbaines.

Ces deux formes peuvent être présentées séparément ou couplées afin d’offrir un spectacle plus varié. De plus, la compagnie offre également la possibilité de clôturer les extraits par deux danses participatives avec le public, métissant danse hip-hop et danses populaires des années 20-30 (durée : 10 minutes), toujours dans une dynamique de créer un moment d’échange et de partage avec les spectateurs.

Ces deux formes se dansent dans un espace flexible de 6 mètres sur 4 mètres de profondeur. La compagnie s’adapte à l’espace et n’a pour seul décor que 3 chaises et 1 table.

Téléchargez la revue de presse de « Je me sens bien » ici

Chorégraphie Séverine Bidaud

Assistante à la chorégraphie Jane-Carole Bidaud

Interprété par Jane-Carole Bidaud, Aline DaSilva, Amélie Jousseaume

Costumes (pour « Je me sens bien ») Isabelle Lemarié

Textes et voix (pour « Aspects de Femmes »)  Muriel Henry