La compagnie

 

La compagnie de danse 6e dimension désire faire voyager le spectateur dans un monde où l’espace et le temps prennent un autre sens, une nouvelle dimension.

Séverine BIDAUD, dite Lady Severine, co-fonde la compagnie 6e DIMENSION avec sa soeur Jane-Carole, en 1998, basée d’abord à Evry (Ile de France), puis à Veulettes-sur-Mer (Seine-Maritime) dont elle deviendra la chorégraphe principale à partir de 2002. Ainsi, elle écrit et dirige plusieurs projets, impliquant principalement des femmes. Ses spectacles visent à toucher l’imaginaire et la sensibilité du public et seront joués dans de nombreux festivals Hip-hop.

Avec les années, la chorégraphe Séverine Bidaud a développé et aiguisé sa sensibilité. Ses collaborations avec Montavo-Hervieu, Black Blanc Beur, Marion Levy ou encore Laura Scozzi, en tant qu’interprète  ainsi que ses rencontres avec d’autres chorégraphes étrangers, tels que  Robyn Orlin et Kaori Ito influenceront son esthétique. Son écriture se rapproche aujourd’hui d’une démarche empruntée à la danse contemporaine. Dans ses créations, la chorégraphe utilise le hip-hop comme un langage corporel à part entière, un vecteur puissant permettant aux danseurs traversés par de multiples sensations, de communiquer leurs émotions et leurs sentiments au spectateur.

Je me sens bienAvec « Je me sens bien », Pièce pour six danseuses hip-hop créée en 2010, elle écrit ce qu’elle considère comme sa « première pièce chorégraphique ». Elle sera par ailleurs récompensée par le Prix Beaumarchais SACD 2010 (environ 90 représentations en France, en Suisse, au Canada, à Chypre…). La chorégraphe croise les différentes esthétiques de la street-dance et des danses populaires des années 20-30, sur des airs de charleston, musette pour traiter d’un sujet rarement abordé par les danseurs du genre : la vieillesse.

 

Ateliers intergénérationnels (9)Depuis le début, la compagnie propose diverses actions culturelles autour de ses créations. Parmi elles, des bals intergénérationnels, offrant au public de tout âge un moment unique de partage et d’échanges. Séverine et Jane-Carole Bidaud imaginent également de nombreux ateliers, des levers de rideau, des répétitions publiques, etc, qu’elles adaptent à chaque lieu qui les accueille. Le but est de générer des rencontres et des expériences artistiques nouvelles, c’est ce qui symbolise l’humanisme et la générosité de la compagnie 6e Dimension.

 

Et pour que la « danse » rime encore avec « performance », la compagnie propose à la demande, des démonstrations, et des « shows » pour les jeunes et moins jeunes où le maître mot est de susciter le plaisir du spectateur, lors d’événementiels.

 

La compagnie 6e Dimension reçoit le soutien de la Région Normandie et l’aide au fonctionnement de la ville de Rouen. L’ODIA Normandie apporte un soutien financiers sur certaines dates et diverses aides à la création. Elle reçoit également l’agrément « Service civique » pour l’engagement de jeunes volontaires.

 

Note d’intention de la chorégraphe :

« J’ai envie de faire partager ma vision humaniste et optimiste de notre société contemporaine, en utilisant une gestuelle hip-hop originale, métissée et inspirée du quotidien.

Depuis plusieurs années, je m’entoure d’artistes aux univers bien distincts, qui se complètent (chacun spécialiste d’une technique en street-dance) et dont les pratiques s’entremêlent dans chacune des pièces. 

Ainsi, je construis petit à petit mon style chorégraphique : en partant de sensations contrastées, je crée un langage fait de gestes quotidiens, de mouvements codifiés appartenant à la danse hip-hop, lieś à une danse naturelle, où je puise dans chaque danseur une énergie, un élan, une personnalité singulière. Mon travail consiste à mettre en lumière la singularité de chaque interprète.

Pour nourrir mes projets, je vais à la rencontre des individus, du public, chez eux, mais pas seulement. Collecte de témoignages, expériences racontées, cuisine et mouvements partagés, c’est ce qui symbolise ma démarche.»

Séverine Bidaud

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer