Faraëkoto (création oct. 2020)

 
 

Une création de Séverine Bidaud
Danse – dès 5 ans – durée estimée : 50 min
Créé avec et interprété par : Sandra Geco et Giovanni Leocadie

A partir de nos spécificités individuelles, il s’agit d’interroger notre perception de la différence et du handicap, au coeur d’une cellule fraternelle, où circuleront affection, soutien, complicité et rivalité.

Dans la continuité du travail artistique mené autour des contes, une nouvelle création tout public de 50min, en duo, mêlant danse et vidéo, à partir de 5 ans.
 
Création le 6 octobre 2020 au Sillon, à Petit-Couronne (76)

La compagnie 6e dimension est actuellement à la recherche de coproductions et de préachats pour cette création 2020. Contactez-nous pour consulter le dossier du spectacle.

 

« Faraëkoto » sera une pièce sur la différence, interprétée par 2 danseurs hip-hop et inspirée d’un conte populaire malgache « Ifaramalemy Sy Ikotobekibo » (lui-même inspiré de « Hansel et Gretel » et du « Petit Poucet ») : à partir de nos spécificités individuelles, nous allons interroger notre propre perception de la différence, au cœur d’une cellule fraternelle, où circulent affection, soutien, complicité mais aussi rivalité et tension !

Dans la version choisie du conte, par Séverine Bidaud, Fara et Koto, deux enfants malgaches, ont chacun une différence physique. Ne pouvant aider leurs parents aux travaux des champs, ils seront abandonnés et perdus dans la forêt. Mais passant outre sa différence, Koto va tout mettre en œuvre pour les sortir de cette mésaventure. Faraëkoto, tous deux intimement liés et unis dans cette (més)aventure humaine…

La chorégraphe Séverine Bidaud s’empare de ce conte pour interroger à la fois les relations fraternelles et le rapport de notre société à la différence. Ces deux thématiques sont le point de départ de cette rêverie chorégraphique accessible au tout public dès 5 ans. Il s’agit de voir le rapport fraternel dans ce qu’il a d’insouciant et d’intime mais aussi d’intense et de constitutif de la personnalité de l’adulte en devenir.

 
 « Comme dans chacune de mes pièces, la danse hip-hop est au cœur de mon engagement d’artiste. En créant pour le jeune public, le merveilleux est entré dans ma créativité. Depuis le début de mon travail artistique, je questionne des thématiques actuelles, sociétales, souvent graves a priori, mais pas pour les envisager de manière sombre ou amère mais de considérer (ici) l’abandon ou la différence (ou l’indifférence) de manière optimiste, comme une étape de la vie, dans laquelle l’espoir peut surgir. » Séverine Bidaud
 

Chorégraphie Séverine Bidaud

Interprètes Sandra Geco, Giovanni Leocadie

Répétiteur Cault NZelo

 

Partenaires

Coproductions (montage de production en cours) : La DRAC Normandie, La Région Normandie, Le Sillon de Petit-Couronne (76), C’est Coisel ? de Saint-André-sur-Orne et Saint-Martin-de-Fontenay (61), C3 Le Cube à Douvres-la-Délivrande (14), le Piaf de Bernay (27).
 
Avec le soutien de L’Etincelle / Théâtre de la ville de Rouen (76), Le Rive Gauche – scène conventionnée Danse de Saint-Etienne-du-Rouvray (76), Le Flow / le Centre Eurorégional des Cultures Urbaines à Lille (59), La Halle aux Cuirs – Etablissement du Parc et de la Grande Halle de la Villette-Paris (75), Le Centre Pôle Pik de Bron (69), La Maison des Arts de Créteil – Scène Nationale (94), L’Entre-Deux de Lésigny (77), La Salle Gérard-Philipe à Bonneuil-sur-Marne (94), Le Centre culturel Didier Bienaimé à La Chapelle-Saint-Luc (10), L’Espace Culturel François Mitterrand (ECFM) de Canteleu (76), Le Théâtre des Miroirs à La Glacerie – Cherbourg en Cotentin (50).

La compagnie reçoit l’aide au fonctionnement de la ville de Rouen, l’aide aux structures et aux artistes de la Région Normandie, l’agrément Service civique pour une durée de trois ans. Avec le soutien de l’ODIA Normandie / Office de diffusion et d’information artistique de Normandie. Lauréate du Prix de l’écriture Beaumarchais-SACD en 2010.